Chaloupe

La CLCV interpelle les grandes surfaces du Finistère

 

La CLCV vient d’écrire à une vingtaine de grandes surfaces du département sur trois questions importantes :

 

- Le logo Nutriscore, parce qu’il est de loin le plus adapté et le plus simple, permet aux consommateurs de visualiser le classement des produits alimentaires de A (vert foncé) pour les aliments les meilleurs à E (rouge) pour ceux qu’il convient d’éviter. La CLCV demande donc aux grandes surfaces de choisir les produits alimentaires qui affichent ce logo.

- Trop de produits de consommation courante (bonbons, pâtisseries, cosmétiques...) contiennent des perturbateurs endocriniens. C’est le cas notamment d’une cinquantaine d’additifs considérés comme toxiques ou douteux (dont le fameux E171 qui va être interdit mais aussi le E150d), de certaines nanoparticules, des parabens, du triclosan, du méthylisothiazolinone.

- Enfin, une enquête menée par la CLCV fin 2018 auprès de 25 enseignes et producteurs sur les prix des légumes et fruits bio a révélé un certain nombre de dysfonctionnements : gamme incomplète, grand écart de prix, trop de ventes sous plastique et non au kilo, trop de produits hors saison et importés.

 

Pour la CLCV, un changement profond est à l’œuvre : de plus en plus de consommateurs se méfient des produits industriels traditionnels et se tournent vers des produits naturels exempts de toxiques et/ou d’indésirables. Ils veulent consommer mieux par souci de leur santé et de leur environnement. La CLCV considère qu'il appartient à la grande distribution de s’adapter à cette nouvelle demande dans un contexte de changement climatique.