Chaloupe

La CLCV approuve l’interdiction du E 171
mais demande l'interdiction d’autres additifs

 

A la demande des associations de consommateurs, les pouvoirs publics ont enfin décidé d’interdire à compter de janvier 2020 le dioxine de titane (E 171), que l’on trouve notamment dans les produits alimentaires pour enfants (confiseries, pâtisseries...). C’est une avancée certaine. Pour autant, cet additif fortement soupçonné d’être cancérigène après une étude de l’INRA sur les rats en janvier 2017, se retrouve aussi dans de nombreux cosmétiques, dentifrices et médicaments courants. Or il est non seulement dangereux mais inutile car il ne sert qu’à blanchir et rendre brillants les produits. La CLCV demande donc son interdiction généralisée, en application du principe de précaution.

Elle rappelle en outre qu’une cinquantaine d’autres d’additifs (sur les 350 autorisés par l’Union européenne), dont le fameux E 150 d (dans les colas), le E 621 (dans les sauces) et le E 320 (dans les barres de céréales), sont aujourd’hui suspectés par les scientifiques d’être toxiques ou indésirables. La CLCV qui mène depuis 2017 une campagne contre les perturbateurs endocriniens demande donc leur interdiction et tient à la disposition des consommateurs un pense-bête leur donnant tous conseils utiles à ce sujet (voir le site clcv-finistere.fr).