Chaloupe

Communiqué de presse

La CLCV demande l'interdiction rapide de tous les sacs plastiques

L'interdiction des sacs plastiques annoncée par les pouvoirs publics pour janvier 2016 en application d'un texte de 2014 a été reportée à juillet 2016 en raison d'un avis requis par la Commission européenne qui, le 4 novembre 2013, s'est contentée de demander aux Etats d'adopter des mesures de réduction de l'utilisation des sacs plastiques.

 

La CLCV du Finistère considère qu'une interdiction est nécessaire et qu'elle aurait déjà dû intervenir depuis quelques années. Sa mise en œuvre ne pose pas de problème majeur puisque d'autres Etats ont déjà pris cette décision, notamment des pays d'Afrique qui donnent ainsi une leçon à l'Europe…

Alors qu'un accord international ambitieux vient d'être signé à Paris en décembre 2015 dans le cadre de la COP 21, cet attentisme de la Commission européenne ne se justifie pas. En effet, il y a urgence à ne plus polluer les océans, les villes et les campagnes avec des sacs plastiques omniprésents qui nuisent aux oiseaux et grands animaux marins et dégradent le littoral. Or, la France à elle seule commercialise 17 milliards de sacs plastiques, soit 80 000 tonnes. Certes, depuis la suppression bienvenue des sacs plastiques aux caisses des supermarchés, ceux-ci sont passés de 10 milliards à 700 millions entre 2002 et 2011. Mais il reste encore les 12 milliards de sacs dit « fruits et légumes » utilisés 20 mn en moyenne et qui polluent pendant 100 à 400 ans !

La CLCV va interpeller sur cette question les députés européens de l'Ouest. Mais elle demande d'ores et déjà aux magasins (grande distribution, magasins de vêtements, pharmacies, etc.) de mettre en œuvre des solutions alternatives responsables pour distribution en caisse et, pour les fruits et légumes, de sacs en papier kraft déjà adoptés par exemple par les magasins bio, qui ont l'avantage d'être recyclables et dégradables (contrairement aux sacs dégradables, oxodégradables, etc., qui ne sont pas biodégradables car ils ont l'inconvénient majeur de se fragmenter en millions de particules et de créer des « soupes de déchets »). Aux magasins de prouver ainsi leur engagement pour une planète durable.

La CLCV appelle les consommateurs à faire leurs courses avec des cabas et sacs de toile pour les courses légères et à refuser dès à présent les sacs plastiques proposés dans les magasins.