Chaloupe

 

Un mois pour participer à la consultation sur l'eau et 10 préconisations

L'Europe s'est dotée en 2000 d'un nouveau cadre de travail : la directive cadre sur l'eau qui a établi un objectif de résultat : reconquérir la qualité de toutes les eaux en 2015, sauf dérogation de délai ou d’objectif justifiée dans le SDAGE (schéma directeur de gestion des eaux). Un projet de SDAGE a été élaboré par le Comité de bassin pour les années 2010 à 2015 avec un objectif de 61% de masses d’eau en bon état. Mais malgré des améliorations notables (forte baisse des phosphates, très légère baisse des nitrates), les engagements ne sont pas tenus.

Aujourd'hui s'engage la révision du SDAGE pour la période 2015-2021 qui doit enfin permettre d'atteindre ce bon état des eaux. Les habitants du bassin Loire Bretagne sont donc consultés une nouvelle fois, sur le projet de SDAGE 2015-2021. C'est à chaque consommateur de l'eau, en tant que citoyen, de participer à la consultation publique de janvier au 18 juin 2015 :

- en remplissant le questionnaire de l'Agence de l'eau disponible sur www.prenons-soin-de-leau.fr et en l'envoyant directement à l'Agence ;

- ou en remplissant le questionnaire disponible dans les permanences CLCV du département ou lors des interventions CLCV sur la voie publique.

La CLCV qui a mené une quinzaine d'intervention dans le département depuis le début de la consultation (4 réunions publiques, bars à eau, signatures dans les marchés et galeries marchandes, etc.) estime que le projet de SDAGE va dans le bon sens. Pour autant elle souhaite l'améliorer en adressant en début juin au Comité de bassin Loire-Bretagne un certain nombre de préconisations :

1- le bon état de toutes les eaux doit être atteint à tous points de vue en 2021 dernier délai. Il ne doit pas y avoir d'autre report en 2027 !

2- la réduction à moins de 10 mg/l des nitrates dans tous les bassins versants afin d’éradiquer toutes les marées vertes ;

3- la réduction de 50% de la consommation des pesticides d’ici à 2025 notamment en interdisant le glyphosate et en réduisant les surfaces en céréales (maïs...) au profit des protéagineux (colza, lupin…), du lin, du blé noir, etc ;

4- le développement de l'agriculture biologique en réservant, pour 2021, au moins 10% de la surface agricole utile afin de répondre à la demande des consommateurs ;

5- la forte limitation de l’imperméabilisation des surfaces afin de lutter contre le gaspillage de l'eau ;

6- l'adoption de la tarification sociale et progressive de l’eau afin de lutter contre le gaspillage de l’eau ;

7- la lutte contre les pertes en réseau : pas plus de 15% de pertes conformément au Grenelle de l'environnement ;

8- l’application stricte du principe pollueur/payeur à toutes les catégories d’usagers de l’eau. Aujourd'hui les consommateurs payent 87% des redevances alors que la pollution provient majoritairement des industriels et agriculteurs. Il faut un calendrier de rééquilibrage des redevances !

9-Un meilleur contrôle des prélèvements d'eau par forage compte tenu des changements climatiques;

10-Une meilleure représentation des ménages dans les Comités de bassins.