Chaloupe

Depuis plusieurs mois, les marchés de gros européens de l’énergie connaissent une explosion irrationnelle des prix. Ils ont été multipliés par quatre. Pour faire face un fournisseur alternatif, E.Leclerc Energies, est brutalement sorti du marché, et depuis fin septembre, d’autres opérateurs alternatifs ferment toute nouvelle souscription et augmentent fortement leurs prix (souvent + 20 à + 30%). Les quelques offres actuelles qui sont encore proches du tarif réglementé sont susceptibles soit de s’interrompre, soit de faire l’objet d'une forte hausse à tout moment.

Aujourd’hui, dans ce contexte chaotique, la sécurité c’est le tarif réglementé de l’électricité
Face aux hausses tarifaires et aux modifications contractuelles laissant planer une véritable inquiétude pour les consommateurs, la CLCV recommande de souscrire une offre au tarif réglementé de l’électricité. Il y aura une augmentation du tarif mais nous savons de combien et quand : 4% jusqu’à cet été. Un plafond déjà largement dépassé par les opérateurs alternatifs. Cette garantie tarifaire n’existe pas pour les alternatifs.

Le tarif réglementé de l’électricité résulte de l'engagement des associations de consommateurs
Depuis l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence en 2007, les instances européennes incitent grandement chaque État membre à se débarrasser au plus vite du tarif réglementé. Plus encore, de nombreux acteurs économiques ont cherché, en France, à le faire disparaître. Les opérateurs virtuels (Eni, Total Direct Energie, Engie, etc.) avaient ainsi déposé, sans succès, heureusement, un recours devant le tribunal administratif pour le faire disparaître en 2018. Le tarif réglementé de l’électricité existe en France parce que des associations se sont battues pour le garder.
La CLCV a toujours défendu le maintien du tarif réglementé de l’électricité. Depuis quinze ans nous l’avons constamment plaidé dans tous les lieux : en 2018 au palais de l’Élysée, à de multiples reprises au Parlement, à la commission de régulation de l’énergie (CRE) et dans tous les lieux décisionnels. Nous l’avons défendu dans les médias et sur le terrain auprès des consommateurs.
Plus encore, notre association a toujours été sceptique quant à la libéralisation d’un secteur aussi particulier que l’électricité alors même que d’autres d’acteurs (courtiers, comparateurs, groupes d’acheteurs) n’ont cessé de vanter les mirages de la concurrence. Et, avant même la crise actuelle de l’énergie, nous avions publié, en mars 2021, un document de plaidoyer pour dénoncer les travers de l’ouverture du marché électrique.

Rejoignez la CLCV. Une association qui défend les consommateurs et s’ENGAGE
Nous appelons le public à rejoindre notre association dans nos permanences locales ou sur notre site internet (www.clcv.org). Nous rejoindre, c’est être conseillé dans ses choix de consommateur. Mais c’est aussi rejoindre un mouvement qui défend la condition et le pouvoir d’achat des ménages. Une association qui défend et qui s’engage !

Contact :
CLCV du Finistère - 1 allée Mgr Jean-René Calloc’h - 29000 QUIMPER
Tél : 02 98 95 34 41 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - clcv-finistere.fr