Chaloupe

 

Un défi pour la Terre

 

Au moment où le réchauffement climatique est devenu une réalité concrète et ne peut plus être nié, le rapport du GIEC du 8 août 2019 établi sur la base de 7 000 études fera date dans l’histoire parce qu’il affiche clairement, face aux Etats qui n’ont pas pris la mesure du bouleversement en cours, les priorités pour l’humanité tout entière : mieux cultiver le jardin de la Terre en développant les forêts et les cultures vivrières, lutter contre le gaspillage alimentaire, l’érosion des sols, réduire la consommation de viande...
Pour le GIEC, ce sont nos modèles actuels de production qui sont responsables du réchauffement climatique. Il suffit de rappeler que si l’espace dévolu à l’agriculture occupe 1/3 des terres, les 3/4 de cette surface sont consacrés à la consommation mondiale de viande. Nous sommes responsables, y compris en France, d’une déforestation massive importée pour satisfaire nos besoins, notamment en soja ou en huile. Or cette déforestation qui représente la moitié de la surface agricole nationale contribue, selon les scientifiques, à augmenter les émissions de gaz à effet de serre, à diminuer la richesse de la biodiversité et met en cause les modes de vie et de production des paysans autochtones.

Dans ce contexte, la CLCV du Finistère lance un appel sur trois points :

   - adopter des pratiques favorisant l’autonomie des agriculteurs et économes en eau : développement de l’agriculture bio, mesures agri-environnementales, autoproduction de fourrages et de légumineuses, réduction des surfaces en maïs, ce qui devrait aussi réduire les nitrates et donc les algues vertes...

   - changer nos habitudes de consommation : comme la CLCV l'a souligné dans les projets alimentaires territoriaux du département et de Brest métropole, les consommateurs doivent réduire leur consommation de viande et notamment de viande de bœuf, forte émettrice de méthane et gaspilleuse d’eau. Rappelons à ce propos que la forte consommation de viande rouge est déconseillée par l’Organisation mondiale de la santé pour des raisons de santé. Les consommateurs ont déjà compris le message car la consommation de viande en France a déjà commencé à baisser.

   - enfin, il appartient aux pouvoirs publics d’apporter des réponses concrètes et urgentes à la hauteur de ce qui constitue aujourd’hui le plus grand défi pour la Terre.