Chaloupe

 

Comment s'opposer au démarchage téléphonique ? 

 

Les consommateurs ne supportent plus le démarchage téléphonique qui devient un véritable harcèlement par ses appels répétés tous les jours et à toute heure. La CLCV avait demandé qu'il soit réglementé dans le cadre de la discussion de la loi Hamon sur la consommation. Finie la liste Pacitel qui n'était pas obligatoire et avait démontré son inefficacité, et place enfin à la liste officielle d'opposition au démarchage téléphonique, qui va entrer en service le 1er juin. En effet, la législation française reconnaît à chaque consommateur le droit de s'opposer à l'utilisation ou à la cession des données nominatives le concernant (article 38 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978).

Tout consommateur qui ne veut plus recevoir d’appels intempestifs s'inscrira sur une liste officielle que toute entreprise pratiquant le démarchage téléphonique devra consulter afin d'enlever de ses fichiers les usagers figurant sur cette liste. A défaut, elle s'exposera à une amende de 75 000 € ! Les seuls organismes exclus du champ d’application de la loi seront la presse, les entreprises caritatives, les instituts de sondage et nos propres fournisseurs de téléphonie-internet et d’énergie.

La CLCV du Finistère estime que cette mesure répond à l’attente des consommateurs mais demande aussi que soient purement et simplement interdits certains appels non désirés et inadmissibles du type « vous avez reçu un colis, appelez X » ou « vous avez reçu un appel urgent, téléphoner au X ».

La CLCV appelle les consommateurs à s'inscrire sur la liste Bloctel (sur le site www.bloctel.gouv.fr). L’inscription sera effective au plus tard dans les 30 jours et restera valable pendant 3 ans. 3 mois avant la fin de sa validité, le consommateur sera informé de la possibilité de la renouveler.

Elle invite les consommateurs à signaler à ses permanences ou par téléphone les appels non désirés qu'ils pourraient recevoir.