Chaloupe

Réduire le sucre : une question de santé publique

 

A l’heure où s’engagent sur le département du Finistère et Brest Métropole des projets alimentaires de territoire, la CLCV se réjouit de la désaffection significative des consommateurs vis-à-vis des boissons sucrées de type colas et sodas, en baisse de 3,2 % sur le marché français.

Elle rappelle que ces boissons ultra-sucrées sont responsables notamment du diabète, de la stéatose hépatique non alcoolique et du surpoids qui continue d’augmenter chez les plus jeunes. L’Agence de sécurité sanitaire conseille de n’en boire qu’un seul verre par jour. Se méfier du sucre dans tous les produits alimentaires, pour des raisons de santé, devrait devenir un réflexe de base du consommateur averti.

Par ailleurs, comme l'indique la CLCV dans son pense-bête sur les produits toxiques, les colas (sauf les bio) contiennent tous du colorant E150d dont le procédé de fabrication produit du 4-méthylimidazole, soupçonné d’être cancérogène. En 2012, le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer) a d’ailleurs inscrit le E150d sur la liste des cancérogènes possibles. Ce colorant devrait donc être interdit par les pouvoirs publics. A noter qu’aux USA, les colas ont modifié leur recette à la demande de l’État de Californie.