Chaloupe

Il faut interdire l’additif E 250

 

Après l’interdiction du E 171 dans l’alimentation, les conservateurs E 250, le nitrite de sodium et le E 251 sont sur la sellette. Pour la CLCV, il faut interdire ces additifs présents dans le jambon, le blanc de poulet, les pizzas, etc. car selon l’OMS, les nitrites au contact de la viande se transforment en nitrosamines susceptibles de provoquer des cancers. Cette décision est d’autant plus simple à prendre que des solutions sans nitrites existent maintenant : pas de nitrites dans les jambons bio des marchés et coop bio ou produits alternatifs développés par plusieurs marques.

La CLCV, qui mène depuis plusieurs années une campagne sur le thème « Stop aux toxiques » (voir le site clcv-finistere.fr), constate d’ailleurs le bon écho reçu auprès des consommateurs qui délaissent de plus en plus les viandes avec nitrites. Aux consommateurs de se réhabituer au jambon un peu plus gris que rose et de vérifier les dates de valeurs dans le frigo.

Mais plus généralement, ce sont tous les additifs dont l’innocuité est discutable, soit une cinquantaine selon les spécialistes (cf. 60 millions de consommateurs de juillet 2015) sur les 320 de la liste positive européenne, qui devraient être interdits pour avancer vers une alimentation plus naturelle et bio.