Chaloupe

Pesticides hors la loi !

Les pesticides regroupent environ 1 000 substances actives. Ces pesticides se retrouvent dans 95 % des cours d'eau, environ 38 % des fruits et légumes contiennent des résidus de pesticides et environ 3 % ont une teneur en pesticides supérieure aux limites maximales des résidus (voir notre fascicule « Mangeons tous un peu de bio » sur notre site : clcv-finistere.fr).

Sur les dangers des pesticides pour l'environnement (eau, air, biodiversité) et la santé, on ne compte plus les études prouvant leur toxicité : effets sur la croissance, la reproduction, cancers, maladie de Parkinson, etc.

En mars 2015, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a conclu que le glyphosate est cancérogène certain pour l'animal et probable pour l'homme.

Les interdictions et contraintes sur l'utilisation des pesticides se précisent enfin pour l'avenir :

1- Rappelons en premier lieu que l'épandage de pesticides est interdit par arrêté préfectoral du 1er février 2008 :

- dans et à moins d’1 m des berges des fossés (même à sec), cours d'eau, collecteurs d'eaux pluviales, points d'eau, puits, forages. Ces dispositions valent pour les agriculteurs comme pour les   particuliers, collectivités et entrepreneurs ;

- sur avaloirs, caniveaux et bouches d'égoût ;

- à moins de 5 m des cours d'eau et plans d'eau.

2- L'interdiction des néocotinoïdes, nuisibles pour les abeilles et remettant en question la biodiversité elle-même, a été adoptée par les députés en mars 2016. Souhaitons que les sénateurs, lors de leur prochain vote, seront plus sensibles à la voix des citoyens qu'à celle de certains lobbies chimiques.

3- Au niveau communautaire, le médiateur de l'Europe vient de critiquer la position laxiste de la Commission européenne sur les pesticides.

4- Depuis le 1er janvier 2016, les distributeurs de pesticides chimiques (jardineries, magasins de bricolage, grandes surfaces) doivent engager un programme de retrait de la vente des pesticides chimiques en libre-service.

5- Depuis le 1er janvier 2016, les CIPAN (cultures intermédiaires pièges à nitrates), c'est-à-dire les couvre-sol d'hiver qui empêchent le ruissellement des nitrates dans les champs, ne peuvent plus être pesticidés en application de l'arrêté du préfet de région relatif au 5e programme de lutte contre les nitrates (article 3-2-1 de l'arrêté du 14 mars 2014).

6- Au 1er janvier 2017, la vente en libre-service des pesticides chimiques ne sera plus autorisée. Ils devront être derrière le comptoir et délivrés au consommateur après conseil.

7- Le 1er janvier 2019, la vente des pesticides chimiques sera purement et simplement interdite aux particuliers.

8- En 2020, l'utilisation des pesticides chimiques sera interdite dans tous les espaces verts ouverts au public.

9- Enfin, pour les agriculteurs, le plan écophyto impose une réduction des pesticides chimiques de 50 % en 2025. Reste à connaître les modalités et le calendrier de cette réduction.