Chaloupe


Communiqué de presse (*)


Projet de loi anti-gaspillage et économie circulaire : les sénateurs recentrent la consigne sur le réemploi et la réutilisation et lancent une offensive contre les déchets plastiques


Ce mardi 19 septembre, les sénateurs réunis en commission du développement durable ont voté, à une très large majorité, le retrait de la très discutable consigne pour recyclage sur les bouteilles en plastique défendue par les industriels de la boisson. Son intérêt environnemental était clairement insuffisant (à peine 1 à 2 kg de plastique recyclé par an et par habitant) au regard des vrais enjeux sur les déchets plastiques, de son coût pour les consommateurs et les contribuables, et des perturbations qu’elle aurait provoqué sur la collecte sélective et le tri.


A la place, les sénateurs ont très majoritairement opté pour une stratégie ambitieuse en faveur de la réduction de tous les déchets plastiques et d’un recyclage maximal de tout le gisement (et pas seulement les 10% de bouteilles plastiques) d’ici 2025. Pour rappel, la plupart des milliers de produits de grande consommation en plastique n’ont à ce jour aucune solution de collecte sélective et recyclage, contrairement à la bouteille plastique qui fait l’objet d’une collecte sélective de proximité, organisée par les collectivités depuis près de 30 ans. Les sénateurs ont également adopté des mesures visant à privilégier l’eau du robinet, pour réduire l’utilisation de bouteilles plastiques. Quant à la consigne, le Sénat a décidé de lui rendre ses lettres de noblesse en proposant son utilisation exclusive pour des solutions de réemploi et de réutilisation, permettant de réduire véritablement les déchets.


Les associations de consommateurs, de collectivités locales et les fédérations des entreprises du recyclage saluent la prise de position courageuse et ambitieuse des sénateurs en faveur d’une politique plus transversale et plus ambitieuse pour la réduction, le réemploi, le recyclage et la gestion des déchets et en particulier des déchets plastiques. Les sénateurs ont également fait le choix de chercher les solutions les plus pertinentes, en renforçant notamment la collecte séparée sur les bouteilles nomades consommées hors foyer, pour concilier une meilleure protection de l’environnement, une préservation du pouvoir d’achat des Français et la défense des services publics locaux de collecte des déchets auxquels sont attachés les Français.
Elles appellent au dialogue entre le Sénat et l’Assemblée nationale d’ici le vote définitif de la loi pour favoriser la construction d’un vrai projet fédérateur en faveur de l’économie circulaire et de la lutte contre le gaspillage qui doit désormais faire partie du quotidien des Français dans tous les territoires.

(*) Communiqué commun publié par 10 associations de consommateurs (dont la CLCV), de collectivités locales et fédérations d'entreprises du recyclage

Veillons au tri de nos déchets !

 

Selon différentes sources, nous assistons depuis quelque temps à la dégradation du tri des déchets ménagers dans notre département. Les origines de ce problème restent à préciser, qu'il s'agisse de méconnaissance, de désinvolture voire d'incivilité.

Pour la CLCV du Finistère, qui a toujours agi avec détermination pour la prévention et la réduction des déchets, ce recul est préoccupant. Malgré les obstacles restant à lever, nous percevions en effet, ces dernières années, une prise de conscience et une évolution dans le comportement des consommateurs.

Le transfert de la compétence déchets
et ses incidences

 

La loi du 7 août 2015 dite loi NOTRe (Nouvelle organisation territoriale de la République) a modifié les dispositions du code l’environnement relatives à la planification des déchets :

   - en confiant cette compétence aux régions ;

  - en créant un plan régional de prévention et de gestion des déchets se substituant aux trois plans existants : le plan départemental de prévention et de gestion des déchets non dangereux, le plan départemental de prévention et de gestion des déchets du bâtiment et des travaux publics et le plan régional de prévention et de gestion des déchets dangereux.

Il est urgent de consigner les bouteilles plastiques

 Actuellement en France, les bouteilles plastiques sont récupérées pour être recyclées. Cependant, sur les 25 millions de bouteilles plastiques utilisées chaque année, seules 55 % sont recyclées dont 20 % sur le même produit. 280 millions de tonnes de plastique sont produites chaque année dans le monde et 22 000 tonnes de plastique finissent à la mer chaque jour. Nombreux sont les scientifiques qui alertent les autorités sur la pollution de la mer, des poissons et des crustacés par les micro-particules de plastique (qui sont des perturbateurs endocriniens), avec des conséquences sur la santé et l'environnement potentiellement dommageables.

CONSEIL DÉPARTEMENTAL DE L’ENVIRONNEMENT ET DES RISQUES SANITAIRES

ET TECHNOLOGIQUES

SÉANCE DU 17 septembre 2015

Représentant la CLCV Finistère: Robert COUNIO

Affaires présentées par l'Agence Régionale de Santé de Bretagne